Association Stendhal et des amis du musée Stendhal (Grenoble)

Association Stendhal et des amis du musée

Stendhal (Grenoble)

Pour mieux connaître Stendhal : Bibliographie sélective, subjective et sentimentale

 

Pourquoi une telle bibliographie ?


Voilà un écrivain qui a suscité une impressionnante littérature critique sur son œuvre, sa vie, sa personnalité et même sur les principaux personnages qui ont comptés dans sa vie. Et cela dès la fin du 19e siècle, alors même que l’on découvrait l’étendue de son œuvre, jusqu’à nos jours. Et la source n’est pas tarie : chaque année apporte son lot de parutions, sans compter la production d’écrivains de sensibilité visiblement stendhalienne. Il semble que, pour reprendre le mot de Paul Valéry, on n’en finirait plus avec Stendhal : il n’y a pas de plus grande louange.
Devant une telle logorrhée, comment ne pas craindre l’indigestion ?
Le propos de cette bibliographie s’adresse aux « lecteurs bénévoles » qu’il s’agit de ne pas décourager devant une telle profusion de publications, commentaires et gloses diverses.
Vous ne trouverez donc pas ici un recensement méthodique et forcément laborieux de tout ce qui a pu être écrit sur Stendhal. Le monde universitaire s’en est très bien chargé, avec toute l’érudition et la patience bénédictine que cela requiert.
Notre propos est en fait éminemment subjectif et forcément critiquable : nous nous en tiendrons à nos coups de cœur, avec la saine préoccupation de ne pas noyer le lecteur de références qui ne nous sont pas parues de premier ordre ou de caractère trop anecdotique.
Vous mesurez ainsi les risques que nous prenons, nous attirant forcément forces critiques, forcément indignées.
Nous les accueillerons avec beaucoup d’attention afin de corriger cette bibliographie qui restera mouvante, perfectible et ouverte à vos suggestions. Vous pouvez ainsi nous envoyer des messages à l’adresse : contact@association-stendhal.com
Il ne vous reste plus qu’à visiter cette bibliographie et faire vos choix. Certains seront faciles à satisfaire : courez alors chez votre libraire et oubliez un temps Amazon.
D’autres titres étant épuisés depuis quelques décennies, vous aurez la joie de les compulser dans toute bonne bibliothèque, et en tout premier lieu, la Bibliothèque d’étude de Grenoble, temple des manuscrits et du fonds stendhalien. Ces découvertes en valent la peine.
Voilà des nourritures terrestres qui vont vous distraire de la Bourse et des méchancetés humaines et sauront alimenter vos rêves.

Bonne lecture.
Patrick Le Bihan, le 30 Mars 2018.
Association Stendhal et des Amis du musée Stendhal

Et maintenant, faites votre choix et bonne lecture ! Vous ne le regretterez pas…

 L’édition « Le divan »

L’édition « Le divan »

Première collection complète des œuvres en 83 volumes, pour l’essentiel publiés de 1926 à 1937.

Format commode, agréable à manipuler mais sans appareil critique.

Édition établie et préfacée par Henri Martineau.

Henri Martineau, une des grandes figures du stendhalisme, publia par ailleurs, toujours au Divan, plusieurs éditions critiques de grands textes stendhaliens ainsi que de nombreux ouvrages sur l’auteur.

 L’édition « Champion »

L’édition « Champion »

Édition des œuvres complètes voulue par Honoré et Édouard Champion avec la collaboration active de Paul Arbelet, grand stendhalien, par ailleurs auteur de nombreux ouvrages sur l’écrivain écrits d’une plume alerte et non dénuée d’humour.

Édition entreprise en 1913 et malheureusement abandonnée en 1938, avec la mort de Paul Arbelet: il manque notamment La Chartreuse de Parme !

L’immense avantage de cette édition historique est son appareil critique, le soin mis à sa fabrication (beau papier vélin des papeteries Lafuma de Voiron) et surtout la qualité de ses préfaces, dont certaines sont restées célèbres sous la signature de Paul Valéry, André Gide, Maurice Barrès, Paul Arbelet, Armand Caraccio, Louis Royer, Pierre Martino, etc.

 La Correspondance de Stendhal

La Correspondance de Stendhal

Établie par Adolphe Paupe et P.A. Chéramy.  Préface de Maurice Barrès .1908. (4 tomes)

C’était l’édition « chérie » de Paul Léautaud.

 La Correspondance de Stendhal

L’édition Michel Lévy

C’est la première édition historique des œuvres complètes, du moins celles que l’on connaissait à cette époque.

Édition voulue et établie par Romain Colomb, l’ami et exécuteur testamentaire de Henri Beyle avec des parutions échelonnées durant les années 1850 ( rappelons que Stendhal est mort en 1842).

C’est à cette occasion que Colomb rédigea sa fameuse Notice sur la vie et les ouvrages de M. Beyle.

 couverture

Les éditions originales

Ce n’est pas le propos de cette bibliographie.

Notons toutefois que ces éditions originales ne sont pas, loin de là, toutes datées du vivant de leur auteur.

De nombreuses œuvres et non des moindres (voir la liste des principales œuvres ci-dessus) ont été publiées bien après la mort de Stendhal, notamment dans les années 1890 et jusqu’au début du 20e siècle.